couverture
titre Palestiniens 1948-1998 - Génération fedayin : de la lutte armée à l'autonomie
auteur CHESNOT Christian & LAMA Joséphine
date 1998
editeur Autrement
pages 248
retour
version imprimable
illustrations

Le Caire 1953. Réunion des étudiants palestiniens sous la présidence d'Arafat. Abou Iyad et Abdel Fatah Hommoud - 1961. Abou Ali Chaheen sur le bateau qui le mène en Arabie Saoudite - Damas, 1967. Abou Iyad et Abdel-Fatah Hommoud, premier martyr du comité central du Fatah, mort en février 1968 - Janvier 1968. Fatma Bernawi lors de son procès - Leïla Khaled - 17 septembre 1970. Un commando de fedayin dans les rues d'Amman - Pékin, février 1970. De gauche à droite : Kamal Adouane, Abou Ali Iyad, Yasser Arafat, Chou Enlai, Abou Iyad, Mohamad Abou Mayzar (Abou Hatem) - Bagdad, avril 1972. Abou Nidal est photographié avec Arafat, Abou Daoud, Abou Mazen, Mohamad Abou Mayzar - Liban. Salah Taamari et Abou Iyad - Camp de Badaoui, 1976 - Samir Abou Ghazala - Liban, 1975-76. RPG Kids Tell El-Zaatar, milice de jeunes formée par Salah Taamari - Mohamad Abou Mayzar avec Yasser Arafat - Sud-Liban, fin des années 1970. Fatma Bernawi (au centre) et un groupe de jeunes Palestiniennes - Beyrouth, 1979. Quartier général de l'OLP. F. Qaddoumi, Y.A. Rabbo, Ahmed Abdel Rahim, Yasser Arafat, Samir Abou Ghazala - May Sayegh - Camp d'Ansar au Sud-Liban, 1983. Salah Taamari, Abou Adham - Départ de Beyrouth, septembre 1982. Sakher Habache et Yasser Arafat - Saïda, 1987. Camp d'entraïnement militaire. Debout, au deuxième plan, Abou Adham - Amman, mars 1985 Arafat et Abou Ali Chaheen - Rafat, 18 février 1985. Abou Ali, Chaheen, à l'issue de son procès, est expulsé vers le Liban - Gaza, novembre 1997. Khader el-Moghrabi - Jéricho, juin 1994. Des enfants palesitniens devant une fresque murale représenant Yasser Arafat et Abou Jihad - Beit Sahour, juillet 1997. Salah Taamari avec des villageois - Gaza. Fatma Bernawi et des pollicières palestiniennes - May Sayegh, Oum Jihad, Oum Nasser, Oum Lotof - Gaza, juillet 1987. Abou Ali Chaheen à son bureau de ministre - Leila Khaled, son mari et ses deux fils - Jérusalem, 1996. Soha Barghouthy en grève de la faim poru obtenir la libération des prisonniers politiques dont son mari - Beyrouth, 1975. Georges Habache (PHOTOGRAPHIES)

tableaux

Notice: Only variables should be passed by reference in /home/httpd/vhosts/israel-palestine.ch/httpdocs/biblio_livre.php on line 147 Plan de partage de l'ONU (1947) - Les réfugiés palestiniens (1948) - Les territoires occupés par Israël (1967) - Après les élections palestiniennes (1996) - Les trois zones prévues par les accords d'autonomies en Cisjordanie et à Gaza (CARTES)

table des matieres

Avant-propos 6
Prologue : l'adieu aux armes... 9
1948, la Palestine déracinée 17
14 mai 1948. David Ben Gourion proclame la création de l'Etat d'Israël. Les troupes israéliennes prennent Haïfa, Jaffa, Jérusalem-Ouest, Acre, Safad. Pour les Palestiniens, c'est la nakba, le "désastre" de l'exode. Le cercueil ou la valise. Les mouvements nationalistes, eux, choississent de s'organiser en diaspora et sur cette terre désormais confisquée.
Les années fedayin 57
En découdre avec l'Etat hébreu... Après des débuts balbutiants, les fedayin, auréolés de leurs exploits, y sont parvenus. Leur liberté est désormais totale. Mais la dynamique de la révolution palestinienne effraie les dirigeants des pays arabe. Les événements de "Septembre noir" de 1970 portent u ncoup sévère à la cause.
Liban, le dernier sanctuaire 118
1970-1982, Beyrouth "capitale d'adoption" des fedayin. Pourtant, le pays de cèdre, d'abord enthousiaste, se désolidarisera de ses hôtes, jugés de plus en plus encombrants. Les Palestiniens auraient-ils eu tort de refuser la paix des accords de Camp David ? Les bombardements massifs israéliens sur la capitale libanaise, devenue martyre, achèvent d'isoler la direction palestinienne. C'est l'heure du reflux. Pour les réfugiés civils, c'est celle de l'angoisse.
La divine surprise de l'Intifada 150
Décembre 1987. Un banal incident dans la bande de Gaza transforme des jeunes en manifestants. L'Intifada, la "révolte des pierres", est née. La vilence de ces adolescents étonne. Elle laisse exploser les ressentiments trop longtemps tus. Cette véhémence, d'abord opportune pour Yasser Arafat, l'amènera à privilégier la voie diplomatique. Le 13 septembre 1993, à Washington, il échange avec Rabin une poignée de main hésitante, sous l'oeil stupéfait de millions de téléspéctateurs. L'autonomie n'est toutefois pas gagné pour autant.
Lendemains amers en Palestine autonome 187
Aujourd'hui, l'Autonomie palestinienne ne gère qu'une infime partie de son territoire. Bien sûr, l'armée israélienne a évacué les grandes villes de Cisjordanie et la bande de Gaza. Mais il n'y a aucune continuité territoriale entre ces enclaves séparées les unes des autres par des colonies juives, des routes et des collines contrôlées par l'armée "ennemie". Démographie galopante, niveau de vie alarmant, coercition israélienne et abandon des Nations unies pour les réfugiés du Liban : la désillusion de la population est à la mesure de son amertume. Toutes les conditions semblent réunies pour inaugurer une nouvelle vague de violence. Alors, demain, quel avenir pour la Palestine ?
Conclusion 222
"Nous sommes vaincus". Entretien avec George Habache 225
Résolutions 242 et 338 des Nations unies 232
Chronologie 234
Les personnalités 238
Bibliographie 241
Biographie des auteurs 243