JACQUARD Roland - Au nom d'Oussama Ben Laden

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

JACQUARD Roland - Au nom d'Oussama Ben Laden

Message par L'Autre » ven. juil. 31, 2009 8:38 pm

Au nom d'Oussama Ben Laden
de Roland Jacquard

L’éditeur a hâté la sortie de cette ouvrage, initialement prévue pour la fin 2001, afin de coller aux attentats du 11 septembre 2001. Il ne faut pas y voir un livre opportuniste dans la mesure où l’auteur s’intéresse de longue date au terrorisme. Roland Jacquard est expert auprès des pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU et du Conseil de l’Europe. Il préside l’Observatoire International du Terrorisme et le Centre d’Etudes des Menaces Contemporaines. Le livre apporte de nombreuses informations sur la vie de celui qui est devenu l’ennemi public numéro 1, sur les différents réseaux qu’il a tissé et sur ses épigones. Le principal point faible est qu’aucune source n’est citée.

Quelques jours après l’invasion de l’Afghanistan par l’URSS, le jeune Oussama Ben Laden s’envole pour le Pakistan. Tout comme sa famille qui a fait fortune dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, Oussama est, à cette époque, très proche des cercles du pouvoir Saoudien. Il a été chargé par le chef des services de renseignement séoudiens, un vieil ami de Ben Laden, le prince Turki al-Fayçal, fils du défunt roi Fayçal, d’organiser les missions des Afghans-arabes qui passaient alors par Djedda par centaines avant de se rendre a Peshawar, au Pakistan. Roland Jacquard révèle qu’à cette époque les USA soutenaient la lutte des islamistes à hauteur de 280 millions de dollars par an ! C’est à son retour d’Afghanistan qu’il entre en dissidence contre la famille royale saoudienne. L’évolution terroriste d’Oussama Ben Laden est officialisée le 23 août 1996 par sa déclaration de djihad. Jusqu’à cette date, le soutien aux musulmans afghans et le renouveau de l’islam en général semblait être le cheval de bataille du Saoudien, aucune attaque anti-américaine n’avait été proférée de façon claire.

Roland Jacquard est plutôt avare en informations pour ce qui est de Al-Qaida. Ben Laden aurait créé l’organisation en 1985. L’auteur affirme que selon des experts en droit islamique, elle n’aurait pas été créer selon la loi islamique… « La base » commença à jouer un rôle uniquement après la mort de Abdallah Azzam (1989) un des mentors de Ben Laden pendant la guerre d’Afghanistan qui s’occupait de l’accueil et de l’orientation des volontaires pour aller combattre dans le bourbier Afghan. Lors de son séjour au Soudan de 1991 à 1996 il développe l’organisation. Le danger ne viendrait non plus d’Al-Qaida que l’auteur considère comme moribonde et ectoplasmique mais de la Fraternité Ben Laden. Il semble faire allusion à ce que d’autres nomment la « franchise » Al Qaida. A savoir une organisation informelle, un réseau autosuffisant dévoué et peu onéreux.

L’auteur indique que Ben Laden aurait été en contact avec le Hamas dès 1994 et que, du moins à cette époque, il finançait le mouvement. Il aurait aussi envoyé des émissaires après le déclenchement de la deuxième Intifada. Ben Laden aurait été aussi en contact avec Saddam Hussein en 1998. Ainsi, les services spéciaux de Bagdad auraient décliné toutes les offres de collaboration parvenues jusqu’à eux par des canaux diplomatiques officiels, pour ensuite établir avec Ben Laden une connexion opérationnelle secrète à Manille et au Cachemire.

Jacquard évoque aussi le Hezbollah libanais, en affirmant que c’est une création sous ordre iranien. Curieusement, un peu plus loin, il explique que le Hezbollah ne dépend d’aucun bailleurs de fonds. Ces recettes proviendraient du trafic de drogue cultivée dans la plaine de la Bekaa et du racket auprès des commerçants, restaurateurs ou entrepreneurs de sa zone d’influence et dons les biens seront plastiqués s’ils refusent d’acquitter cet impôt révolutionnaire.

Paradoxalement, de nombreux islamistes n’hésitent pas à se financer par le trafic de drogue ou par…. la prostitution. Ainsi, que depuis l’automne 2000, les islamistes ont lancé des offensives pour contrôler les routes de la drogue en Asie centrale. Ben Laden contrôlerait les filières d’approvisionnement en qat. L’auteur rappelle aussi que l’Afghanistan produit les ¾ de l’opium consommé dans le monde.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités