KEPEL Gilles - Fitna

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

KEPEL Gilles - Fitna

Message par L'Autre » ven. août 14, 2009 2:30 pm

Fitna - Guerre au coeur de l'islam
de Gilles Kepel

Ce livre s’inscrit dans la continuité de « Jihad » (1). Les attentats du 11 septembre 2001 constituent le fil rouge. Gilles Kepel situe ce séisme au croisement de deux logiques sous-jacentes, celle des djihadistes à l’instar de Ben Laden et de son mentor Ayman Zawahiri ainsi que celle du courant néoconservateur. Les deux sont porteuses d’un projet majeur de transformation radicale du Moyen-Orient. Kepel défend l’idée que le massacre des innocents perpétré le 11 septembre a inauguré l’ère de la fitna, du désordre et de la dévastation au sein de la maison de l’islam.

L’ouvrage débute par un rappel des événements marquants des années 1990 ainsi que par une mise en contexte des attentats du 11 septembre. Il est assez déroutant que Kepel reprenne tel quel la version israélienne de Camp David et accuse tout de go Arafat d’avoir déclenché la deuxième Intifada.

Kepel revient ensuite longuement sur le courant néoconservateur . Né dans les années 1960 aux Etats-Unis, la plupart des « neocons » sont d’anciens adeptes de la gauche voir de l’extrême-gauche. Leurs passions-maîtresses furent l’anticommunisme mêlées d’aversion pour la contre-culture. La survenue de la théorie du clash des civilisations advient au moment idoine pour permettre le transfert sur le monde musulman de l’hostilité stratégique héritée des décennies de la guerre froide.

A l’instar des néoconservarteurs, , les djihadistes font un diagnostic accablant des années 1990 au Moyen-Orient mais pour des raisons diamétralement opposées. Kepel explique que le passage au terrorisme de 2001 a été théorisée par Zawahiri, qui estimait que les coups spectaculaires portés à l’ennemi lointain frapperaient de terreur l’ennemi proche, les dirigeants des Etats du monde musulman. Seul ce type d’action permettrait d’enrayer le déclin manifesté tout au long des années 1990 par l’échec des guérillas en Egypte, en Algérie, en Bosnie et ailleurs. Kepel trace aussi brièvement la génèse de ce qu’on appelle Al-Qaida dès début jusqu’à ce l’organisation soit « franchisée ». Ainsi Ben Laden devient le logo des petites boutiques du terrorisme islamiste qui travaillent sous licence et sont gérées par des micro-entrepreneurs indépendants.

La politique religieuse de l’Arabie Saoudite est étudiée dans un chapitre qui lui est consacré. Kepel explique comment les Saoud, toujours en quête de légitimité, jonglent avec les dignitaires religieux en alternant répression et cooptation des plus extrémistes. Il revient aussi sur la guerre d’Irak de 2003. A savoir la façon dont elle a été vendu par les Etats-Unis à l’opinion mondiale ainsi que les erreurs qui ont mené au « désastre » actuelle.

La dernière partie est consacrée au combat que mènent les islamistes en Europe. Notamment aux divergences entre salafistes et Frères musulmans. Il est assez curieux de lire que les jeunes élèves voilées sont inspirées par la doctrine wahhabite. Dans quelle mesure ? Sinon lorsque Kepel évoque Tariq Ramadan il est assez cocasse qu’il étaye sa critique avec… un extrait d’un post d’un anonyme sur un forum internet musulman.

(1) Jihad
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité