COLLECTIF - Gaza, le livre noir

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

COLLECTIF - Gaza, le livre noir

Message par L'Autre » ven. oct. 09, 2009 1:38 pm

Gaza, le livre noir
de Collectif


27 décembre 2008, Tsahal lance son offensive contre la bande de Gaza destinée à mettre fin aux tirs de roquettes contre Israël et à affaiblir le Hamas. Un déluge de feu aérien puis terrestre s’abat jusqu’au 19 janvier 2009. Selon l’organisation israélienne B’Tselem, on dénombre 1387 Palestiniens tués parmi lesquels 773 civils (dont 252 enfants âgés de moins de 16 ans). Comme il est signalé en introduction, les textes rassemblés dans cet ouvrage ont pour but de permettre aux lecteurs de mieux comprendre la réalité vécue par les habitants de Gaza pendant ces trois semaines de guerre. Il ne s’agit pas d’une analyse du conflit. Celles et ceux qui sont suivi attentivement l’offensive israélienne risquent d’être déçu, cet ouvrage n’apporte rien de plus. Il est même décevant que certains faits ne soit pas plus analysés, à l’instar de la polémique consécutive au bombardement près de l’école de Jabaliya.

Le livre s’ouvre par une courte synthèse des conventions de droit humanitaire. Dans le cadre de l’offensive contre Gaza, il est précisé que l’application de ces principes est difficile, étant donné que Gaza est l’une des zones les plus densément peuplée du monde, où toute erreur peut être fatale et que le Hamas a lui aussi violé ces mêmes principes. Il est intéressant de relever que Human Right Watch déplore les termes de la résolution votée par le conseil des droits de l’homme en date du 12 janvier 2009. Cette résolution prévoit l’envoi d’une mission d’enquête. Le mandat de cette mission se limite explicitement aux violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire par Israël, et ne s’étend pas aux violations commises par le Hamas et les autres groupes armés palestiniens. Comme l’explique HRW, même s’il n’y a pas de symétrie dans les violences perpétrées au cours de ce conflit, une enquête qui n’examine que les actions d’une seule partie au conflit est insuffisante, et sera, à juste titre, critiquée pour son manque d’objectivité et sa nature incomplète. Finalement, le rapport rendu publique le 15 septembre 2009, alors que le présent ouvrage était déjà sous presse, évoque bien des crimes de guerres commis par les deux parties.

Pour le major Avital Leibovich, du bureau du porte-parole de Tsahal, tout ce qui est lié au Hamas est une cible légitime. Cette appréciation, très flexible, partagée à plus ou moins grande échelle que cela soit parmi la population israélienne ou la communauté internationale, explique pourquoi Israël a eut les coudées libres pour son déluge de feu. Les différents articles reviennent sur l’ampleur des destructions et sur la stratégie de communication israélienne pour les justifier.

Pour ce qui est du secours des blessés, physicians for human right explique que les obstacles bureaucratiques imposé par Israël et l’Egypte, ainsi que le refus des autorités du Hamas de coopérer avec Israël aux dépens de la santé de civils, ont rendu impossible la mise en œuvre de soins appropriés, provoquant de graves répercussions sur la santé de nombreuses personnes.

Différents autres point sont soulevés, comme l’utilisation du phosphore blanc et les déclarations contradictoires d’Israël, les tirs du Hamas depuis le bâtiment abritant la chaîné de télévision Al-Arabiya et la tentative israélienne de faire passer un chargement de bouteilles d’oxygène pour des missiles Grad.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité