ESACK Farid - Coran, mode d'emploi

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

ESACK Farid - Coran, mode d'emploi

Message par L'Autre » ven. oct. 23, 2009 1:02 pm

Coran, mode d'emploi
de Farid Esack


Depuis un certain 11 septembre, le Coran déchaîne les passions. L’ouvrage de Farid Esack est une excellente introduction au livre saint des musulmans. Comme le relève Rachid Benzine dans son introduction, Esack ne propose pas un énième livre de prêt à penser dont le discours religieux fournit tant d’exemples. Bien au contraire, on décèle une réelle volonté, sincère, de présenter les grands débats relatifs au Coran. Seul petit bémol, le travail d’analyse n’est pas assez systématique. On aurait aimé que Esack aille plus en profondeur dans son étude du texte et ne se limite pas à aborder de manière critique les thèmes généraux du Coran et sa perception par les musulmans.

Issu de la racine qara’a (lire) ou qarana (rassembler, joindre, ou recueillir, réunir), le mot qur’ân est utilisé dans le Coran dans le sens d’écrit : de lecture ou d’assemblage. Il fut révélé à Muhammad pendant une période de 23 ans. Selon les savants musulmans, l’assemblage du Coran s’est accompli en trois étapes qui se sont chevauchées : durant la période de la prophétie de Muhammad, pendant la période d’Abu bakr (mort en 634), son successeur immédiat, et enfin pendant la période de Uthman , le troisième calife après la disparation de Muhammad.

Farid Ersack revient sur les différents débats qui ont agité les croyants sur la nature du Coran. Il affirme que la doctrine de l’éternité du Coran et celle de son inimitabilité ont profondément affecté la nature de l’érudition coranique. L’absence de toute critique historique et littéraire dans les études coraniques s’explique en grande partie par ces deux doctrines.

L’auteur constate aussi une réticence à approfondir les implications du caractère circonstanciel du Coran. En effet, le principe de contextualité est en général accepté par les spécialistes traditionnels du Coran, et les tentatives pour éloigner le Coran de son lieu de naissance sociohistorique témoignaient d’une rigidité qui était étrangère aux savants des premiers temps, en même temps qu’elles y contribuaient.

Parmi les sciences coraniques figure le principe du « naskh » à savoir de l’abrogation. C'est-à-dire que certains versets du coran abrogent d’autres. Ersack estime qu’aucune autre discipline dans les sciences coraniques n’est aussi confuse en ce qui concerne la validé, la signification et l’applicabilité de cette notion. C’est ce qui explique que de nombreux savants aient mis en cause sa validité au-delà de l’abrogation des écritures saintes antérieures par le Coran.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité