MARZOUKI Moncef - Le mal arabe

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

MARZOUKI Moncef - Le mal arabe

Message par L'Autre » ven. janv. 08, 2010 1:53 pm

Le mal arabe - Entre dictatures et intégrismes : la démocratie interdite
de Moncef Marzouki.


Un rapide tour d’horizon de la situation des pays arabes et plus particulièrement de leurs régimes politiques ne peut laisser que pessimiste. Le constat dressé par Moncef Marzouki est sans concession. Les Arabes reculent sur tous les plans et s’enfoncent dans une abyssale crise économique, sociale, politique et morale qui les précipite vers l’implosion ou l’explosion. Cet ouvrage n’a pas pour autant une prétention analytique. Il s’agit là d’une plaidoirie pour une véritable démocratisation endogène des pays arabes. L’auteur y relate aussi, avec une ironie et un sens de l’humour très touchant, son parcours personnel.

Moncef Marzouki est d’origine tunisienne. Il présente ainsi le régime politique de son pays : c’est la seule dictature au monde dont l’idéologie affichée est la démocratie et les droits de l’homme. Son mort d’ordre semble être : ne pouvant éviter la démocratie, falsifions-la. Entré à la ligue tunisienne des droits de l’homme en 1980, Marzouki est élu président de cette association en 1989. Sa dénonciation des abus du régime tunisien lui vaut une lente descente aux enfers. Convocations à répétitions au tribunal, sabotage de son véhicule et divers séjours en prison.

L’auteur clame son opposition à tout Etat théocratique et à l’intégrisme. Cela ne l’empêche pas dans un même de temps de dénoncer avec véhémence la répression acharnée des islamistes par le pouvoir en place. Il rappel que les islamistes ne représentent pas un bloc monolithique indifférencié et prône le dialogue avec certains d’entre eux. Marzouki n’est tout fois pas dupe du risque d’installer l’islamisme par la démocratie.

Il propose aussi différentes réflexion sur la laïcité des plus intéressantes. Vouloir calquer la laïcité à la française sur les pays arabes lui semble impossible. Ce modèle du rapport du religieux et du politique est l’exception et non la règle. Personne ne fait grief à la Norvège d’inscrire dans sa constitution que c’est le christianisme protestant qui est le fondement de l’Etat ou qu’en Grande Bretagne la reine est à la fois le chef de l’Etat et de l’église anglicane. Il cite aussi Israël qu’il définit, abusivement, comme un Etat théocratique. La vraie bonne question est de savoir comment défendre en terre d’islam non la forme, mais l’essence des valeurs défendues en France sous la bannière de la laïcité, ailleurs sous d’autres bannières, à savoir l’égalité et la liberté.

Il évoque aussi brièvement le conflit israélo-palestinien pour rappeler à quel point, historiquement, les attentats suicides sont étrangers à l’islam. Il est assez déroutant qu’il évoque des « prétendus » terroristes. C’est assez confus. Surement un malentendu car un peu plus loin il déplore que l’attentat contre la synagogue d’Istanbul en novembre 2003 n’a pas été condamné avec assez de vigueur dans le monde arabe. Moncef Marzouki est aussi i ferme et sans équivoque dans sa condamnation de l’antisémitisme.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité