CLOT Andre - L'Egypte des Mamelouks 1250-1517

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

CLOT Andre - L'Egypte des Mamelouks 1250-1517

Message par L'Autre » sam. janv. 30, 2010 1:22 pm

L'Egypte des Mamelouks 1250-1517 - L'empire des esclaves
de André Clot


Dès les premiers temps abbasside, les meilleures unités de l’armée étaient composées d’hommes d’ethnie principalement turque achetés sur les marchés d’esclaves. C’est certains de ces esclaves, les Mamelouks, qui prirent le pouvoir en Egypte et en Syrie au milieu du XIIIe siècle. Ils règneront plus de 250 ans avant que les Ottomans ne les délogent. L’ouvrage de Clot est divisé en deux parties. D’abord un récit chronologique des faits d’armes des différents Mamelouks qui se sont succédés au pouvoir. Puis, une deuxième partie qui aborde différents aspects de la société mamelouke.

Les Mamelouks, au moins pendant la première partie de leur règne, venaient presque tous de la steppe des Kiptchaks (ou Comans) où leurs tribus, originaires de la Sibérie orientale et d’ethnie turque, s’étaient établies, fuyant l’invasion mongole. Les esclaves turcs demeurèrent pendant longtemps les plus nombreux. Les Circassiens les dépasseront en nombre dans la deuxième partie du XIVe siècle, appelée souvent la période circassienne de l’empire mamelouk.

Le prise du pouvoir par les Mamelouks se fait par un coup d’Etat en 1250, au détriment de la dynastie Ayyoubide (issu de Saladin). Un certain Baybars y participa activement. C’est ce même Baybars, qui vainquît les Mongols à la célèbre bataille d’Aïn Djalout (1260). Cette victoire en Palestine contint la progression Mongol vers l’Egypte et évita au Caire pareille destruction que Bagdad. A son retour de bataille, il renverse le sultan Mamelouk et prend sa place. A la fin de 1262, Baybars commenca la guerre à laquelle il n’a cessé de penser et qui doit chasser pour toujours les chrétiens des terres musulmanes. C’est aussi lui qui mit fin aux activités de la redoutable secte des « Assassins ».

Une des caractéristiques de la dynastie Mamelouk est qu’elle ne fut pas héréditaire, même s’il est vrai qu’un souverain, Kalaoun, réussit a imposé sa progéniture qui se maintint au pouvoir de 1290 à 1382. Un autre trait saillant du règne des Mamelouks est la violence. La passation des pouvoir fut toujours marquée par d’interminables querelles sanguinaires entre les différents clans.

Alors que les ottomans introduisirent dès le début du XVème des armes à feu et créèrent des troupes d’infanteries, pareil bouleversement fut impensable pour les Mamelouks. Le remplacement de la cavalarie, coeur de la société mamelouke, par des troupes à pieds, aurait eu pour conséquence un bouleversement total de cette société. Les Ottomans mirent fin à la dynastie en 1517 mais décidèrent de maintenir des chefs mamelouks à des positions clés en leur donnant le titre de beys. Méhémet Ali, gouverneur d’Egypte nommé par les Ottomans, massacra en 1811 les derniers Mamelouks. C’est la fin d’une épopée.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité