SAND Shlomo - Les mots et la terre

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

SAND Shlomo - Les mots et la terre

Message par L'Autre » ven. mars 05, 2010 10:20 pm

Les mots et la terre - Les intellectuels en Israël
de Shlomo Sand


Shlomo Sand s’est fait connaître avec son ouvrage « Comment le peuple juif fut inventé ? », paru au printemps 2008 en Israël, et rapidement devenu un best-seller. « Les mots et la terre – Les intellectuels en Israël » peut-être perçu comme une introduction, un premier jet. Il explique que la question de la contribution des intellectuels juifs et israéliens à la formation de la conscience sioniste et à l’élaboration de la nation juive-israélienne le préoccupe depuis plusieurs années. Shlomo Sand est lui même personnellement engagé dans le débat politique au sein du champ intellectuel. Dans l’introduction de l’ouvrage, il dévoile comment son séjour parisien au milieu des années 70, parmi les milieux gauchistes, a suscité un certain malaise et l’a décidé à ne plus se déclarer antisioniste. Aujourd’hui, il se définit comme non-sioniste.

Des années trente jusqu’à 1977, la période de domination ininterrompue de la gauche sioniste a été caractérisée par une symbiose spirituelle presque totale entre les intellectuels et les élites politiques. La littérature était avant tout un outil destiné à consolider l’idéologie du parti dominant. L’arrivée de la droite au pouvoir a marqué un tournant. Contrairement à David Ben Gourion, Menahem Begin, son grand rival, ne se souciait pas d’obtenir la faveur des élites intellectuelles et ne recherchait pas leur compagnie. La conscience nationale monolithique commença à régresser parmi les élites pour faire place à une culture politique de caractère pluraliste et plus ouvert.

C’est d’ailleurs ce malaise intellectuel lié au poids de la mémoire officielle et à son emprise sur l’historiographie israélienne, tout autant que l’ouverture des archives officielles, qui a favorisé l’éclosion des « nouveaux historiens » et du post-sionisme.

Pour illustrer le mode d’ingérence de l’idéologie dans les mots, Shlomo Sand a choisit d’analyser la phrase suivante, extraite d’un livre d’histoire : « Haïm Nahman Bialik a quitté l’Exil et est monté vers la Terre d’Israël quelques années avant les pogroms de l’an 5689 ». Il estime qu’une écriture aspirant à utiliser les mécanismes d’une conceptualisation plus universelle constitue, en Israël, l’une des conditions préalables au développement d’un climat plus ouvert et plus calme.

Shlomo Sand consacre aussi un chapitre aux prises de positions de certains intellectuels pendant la deuxième guerre du Golfe (Tempête du désert). Notamment certaines analogies employées qu’il qualifie de peu crédible et répugnante. Ainsi, d’aucuns ont comparé avec une légèreté affligeante Saddam Hussein à Hitler et condamné le pacifisme en faisant des rapprochements douteux.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités