KEPEL Gilles - Terreur et martyre

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

KEPEL Gilles - Terreur et martyre

Message par L'Autre » ven. avr. 02, 2010 8:35 pm

Terreur et martyre - Relever le défi de la civilisation
de Gilles Kepel


Après « Jihad » (1) et « Fitna » (2), voici le troisième ouvrage que Gilles Kepel consacre au phénomène islamiste , de la fin du XXème siècle au début du XXIème. Dans celui-ci, il cherche à identifier et analyser les deux grands récits de la terreur et du martyre. Ceux de Bush, Ben Laden, et de leurs affidés respectifs. Les deux camps ont porté une vision prométhéennes , se réclamant du triomphe de la démocratie ou de la victoire du jihad : elles ont en peu d’années virés l’une comme l’autre à un cauchemar d’apprenti -sorcier. Kepel revient aussi sur les événements qui ont secoué l’Europe, de l’affaire des caricatures à l’assassinat de Théo Van gogh, en passant par le réseau islamiste de Londres, désigné par certains comme le «Londonistan ».

Gilles Kepel voit en la prison de Guantanamo le premier facteur de controverse qui ruina les fondements de la guerre contre la terreur. La guerre contre l’Irak qui devait amorcer une dynamique vertueuse de démocratisation du Moyen-Orient tourna elle aussi au fiasco. Outre la guerre civile et l’essor du jihadisme sunnite, l’occupation de l’Irak par les troupes américaines et alliées eut une troisième conséquences absolument imprévue, la résurgence de l’Iran Islamiste. Dans un discours de 2004, Bush se félicita qu’un an après l’invasion de l’Irak il n’y avait plus dans ce pays de « cellules de torture, de cimetières de masse et de salles de viol ». Le scandale d’Abou Ghraïb éclaboussa cet effet d’annonce.

L’auteur revient aussi sur la rivalité entre chiite et sunnite et sur ceux qu’ils désignent comme la troisième génération de jihadistes, à l’instar d’Abou Moussab al-Souri et de Zarqawi qui pensent que les attentats du 11 septembre ont été plus négatifs pour leur cause que bénéfiques. Il explique en quoi leur logique se distingue de celle de Ben Laden et de Zawahiri.

Tariq Ramadan et son « islamo-gauchisme » semblent ne pas être dans les petits papiers de Gilles Kepel. Il rappelle à plusieurs reprises sa filiation familiale pour ensuite affirmer qu’il est aussi le continuateur idéologique de son grand-père, Hassan Al-Banna. Sans aucune argumentation, Kepel explique que Ramadan prône de rechercher les accommodements nécessaires en fonction du rapport de force établi avec les sociétés européennes jusqu’à ce que Rome soit conquise et l’Europe islamisée, comme l’appelle de ses vœux le cheikh Qardhawi. Mélangeant les registres, Kepel déclare que Tariq Ramadan se soucie de sa « street cred » (sic !).

A contre-courant de ceux qui ont proposé une lecture musulmane des émeutes de Paris en 2005, l’auteur estime que le défaut d’intégration en dépit de la promesse du modèle français constitua le principal message porté par l’embrasement des cités.

Il est curieux que Kepel prétende que face aux extrémistes les musulmans qui montent au créneau se qualifient eux-mêmes de modérés ? A qui pense-t-il ? Qui plus est Kepel affirme que les extrémistes sont parvenus à établir la norme en saturant les médias. Il est bon de rappeler que c’est bien les médias qui choisissent qui ils veulent mettre sur le devant de la scène. Deuxièmement il est regrettable que certains se fassent les porte-parole des islamistes en n’évoquant que leur lecture de l’islam. Un peu comme il le fait dans cet ouvrage lorsqu’il évoque la théorie de l’abrogation…

En conclusion de l’ouvrage, Kepel relève que les expériences britannique et néerlandaise qui ont poussé le plus loin la logique multiculturaliste et qui ont négligé l’exigence d’une prégnance identitaire commune entre la population locale et les immigrés, ont produit les sociétés les plus fragiles, les moins résistantes à une radicalisation aboutissant au terrorisme. Il prône aussi une intégration économique du Moyen-Orient avec le Vieux-Continent. C’est pour lui l’unique moyen de construire la paix.


(1) http://www.israel-palestine.ch/bibliogr ... e-321.html

(2) http://www.israel-palestine.ch/bibliogr ... e-342.html
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité