BEN-AMOS Avner - Israël La fabrique de l'identité nationale

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

BEN-AMOS Avner - Israël La fabrique de l'identité nationale

Message par L'Autre » sam. sept. 18, 2010 6:37 pm

Israël - La fabrique de l'identité nationale
de Avner Ben-Amos


Plus de 60 ans après la création d’Israël, la question de l’identité nationale est plus que jamais d’une brûlante actualité. Pour l’actuel premier ministre, M. Netanyahu, la reconnaissance d’Israël comme « Etat juif » est l’une des conditions préalables pour la création d’un Etat Palestinien. Paradoxalement, quelques décennies plus tôt, ceux qui ont bâti Israël avaient comme ambition de créer un nouveau juif, antithèse de celui de la diaspora honnie. Avner Ben Amos retrace cette expérience unique ; la cristallisation de l’identité israélienne. Pour ce faire, il propose trois approches, celle de l’école, de la mémoire et de la culture visuelle.

Dès le départ, le sionisme se voulut un projet pédagogique. Avner Ben-Amos relève qu’il s’agit là l’un des rares cas ou l’éducation ne fonctionnait pas en tant que force conservatrice, transmettant des normes existantes, mais en tant que véhicule révolutionnaire, participant à la création d’une nouvelle culture. C’est ainsi que l’hébreu, alors parlé par une infime minorité du yichouv, connut sa renaissance pour devenir la langue de la nation israélienne en formation. Ben-Amos évoque aussi l’évolution du rapport aux minorités, Juifs orientaux comme Arabes israéliens.

Aujourd’hui, la Shoah occupe une place importante dans l’identité israélienne et il est difficile de penser qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Et pourtant…Une lente évolution conduisit à la situation actuelle. Difficilement commémorée dans les années 1950 et 1960, c’est le procès Eichmann qui changea la donne. Même après ce procès, les cérémonies de la Shoah rendaient hommage essentiellement aux héros combattants. Ce n’est qu’au cours des années 1980, que d’autres, des victimes plus ordinaires, apparurent eux aussi comme méritant une reconnaissance.

Dans la deuxième partie de l’ouvrage Avner Ben-Amos explique en quoi les cérémonies pour les morts tombés pour la patrie ont contribué de manière significative à la formation de sentiments nationaux. C’est ainsi que naquit un nouvel héros national, le soldat israélien, figure qui vint s’ajouter à celui du pionnier. Il revient aussi sur le prix Israël qui marqua un tournant dans la perception et la valorisation du rôle de l’intellectuel.

Dans la dernière partie de l’ouvrage, il est question de la culture visuelle. Ben-Amos commente les évolutions de l’image mentale et visuelle du nouveau héros sioniste qui apparu en Palestine sous la forme d’un jeune homme. Plusieurs modèles apparurent, il y eut toutefois deux traits communs à tous les modèles : la jeunesse et la masculinité.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités