YAKIRA Elhanan - Post-sionisme, post-Shoah

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

YAKIRA Elhanan - Post-sionisme, post-Shoah

Message par L'Autre » ven. oct. 22, 2010 8:26 pm

Post-sionisme, post-Shoah - Trois essais sur une négation, une délégitimation et une diabolisation d'Israël
de Elhanan Yakira


« L’hôpital qui se fout de la charité ». C’est un peu ce que l’on ressent à la lecture de cet ouvrage. Oui, parmi les pro-palestiniens il y a des sombres crétins, des propos tenus qui sont inacceptables, d’autres discutables, etc. Dénoncer ces abus est une entreprise louable. Malheureusement quand on fait pire que ce que ce que l'on dénonce cela tourne vite au ridicule. Il est d’ailleurs amusant de constater que l’auteur fournit lui-même les arguments qui ébrèchent la thèse centrale de son ouvrage. Quand en plus le tout est ponctué de mauvaise foi, de contre-vérités et autres inepties...

Elhanan Yakira entend dénoncer l’utilisation de la Shoah comme une arme employée dans les luttes idéologiques antisioniste et anti-israélienne pour délégitimer Israël. Tout d’abord, il faut savoir que pour l’auteur c’est uniquement l’instrumentalisation de la Shoah par les antisionistes qui est un scandale. Dans le cadre israélien, l’association à la Shoah s’opère tous azimuts au service de toutes les causes. Et il n’y a pas de véritable mal à cela relève Yakira. Tout au plus, l’utilisation abusive des images et des métaphores se fondant sur le souvenir de la Shoah est une manifestation de mauvais goût et d’indigence de moyen d’expressions. Ce n’est donc non pas tant l’instrumentalisation en soi qui est dénoncée par l’auteur, mais la finalité de celle-ci.

Il est aussi intéressant de relever que les deux seuls auteurs, évoqués par Yakira et qui ont consacrés un ouvrage entier au rapport Israël-Shoah, sont Tom Segev et Idith Zertal. Il reconnaît lui-même qu’aucun des deux n’est antisionistes. Ou plutôt que Segev n’a pas de programme explicitement antisioniste (sic !) et que la finalité du combat mené par Zertal n’est pas expressément antisioniste (re-sic !). Cela ne l’empêche pas des les accuser tous les deux d’instrumentaliser la Shoah contre Israël…

Ainsi, non seulement la thèse de l’auteur est des plus fragile, mais en plus elle est constamment assaisonnée d’amalgames nauséeux. Yakira ouvre le bal sous la forme interrogative. Il questionne le lecteur sur un éventuel rapprochement à faire entre « un Alain Badiou ou un Ronnie Brauman avec un Guillaume (Vieille Taupe) ou un Thion ». Dès les pages suivantes, et tout au long de l’ouvrage, le questionnement s’efface sous le martèlement de ce qu’il désigne comme la « communauté d’opprobre ». Il s’épuise à vouloir rapprocher des gens comme Idith Zertal, Tom Segev, Zeev Sternhell etc. avec les négationnistes. L’antisionisme des premiers contiendrait toutes les manipulations , mi-vérités, contre-vérités, toute la mauvaise foi et malveillance de l’antisionisme des seconds… Il regrette aussi que l’idéologie l’ait emporté sur la pensée, l’impartialité critique et la probité intellectuelle… Vraiment ?

Bref, peut-être que cet ouvrage sera utile à celles et ceux qui ont une armoire à caler ou du temps à perdre…
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité