De la difficulté de démanteler les colonies en Cisjordanie

Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

De la difficulté de démanteler les colonies en Cisjordanie

Message par L'Autre » jeu. déc. 25, 2008 10:28 am

AP 24.12.200 a écrit :De la difficulté de démanteler les colonies juives de Cisjordanie

Occupée pendant un an et demi par des extrémistes juifs, la "maison de la discorde" à Hébron a finalement été évacuée par les forces israéliennes. Mais la difficulté de l'opération et les représailles violentes qui ont suivi illustrent bien l'ampleur de la tâche qui attend l'Etat hébreu, le jour où il se décidera à démanteler la majorité des colonies de Cisjordanie dans le cadre d'un accord de paix israélo-palestinien.
Environ 280.000 Juifs habitent actuellement dans les colonies de "Judée et Samarie", nom qu'ils donnent au territoire palestinien de Cisjordanie. Certains s'y sont installés pour des raisons économiques. D'autres parce qu'ils considèrent que Dieu a donné aux juifs la terre du Grand Israël, qui englobe Israël, la Cisjordanie et la Bande de Gaza.
En 2005, Israël a évacué 8.500 colons de la Bande de Gaza, rencontrant une forte résistance sur le terrain.
Tandis qu'il est de plus en plus question de démanteler également une grande partie des colonies juives de Cisjordanie, une minorité de colons radicaux se montre de plus en plus violente.
Le député israélien Ephraïm Sneh, qui a été administrateur civil de la Cisjordanie dans les années 1980 et plus récemment vice-ministre de la Défense, estime que les colons recourent à la violence pour compenser leur perte de pouvoir politique.
"Je crois que la plupart des Israéliens comprennent que plus de 90% de la Cisjordanie doit être évacuée. En ce sens donc, l'influence politique des colons diminue", analyse-t-il. "D'un autre côté, un groupe de colons très petit mais actif et fanatique tente de créer un équilibre de terreur vic-à-vis du gouvernement".
L'historien et journaliste Gershom Gorenberg a écrit plusieurs livres sur les colons de Cisjordanie. "Le fait que les avant-postes n'aient pas été évacués de façon sérieuse montre clairement que le gouvernement a vraiment peur des confrontations violentes qui pourraient en résulter", considère-t-il.
Il y a trois ans, il a fallu des centaines de soldats et de policiers pour évacuer et détruire neuf maisons dans l'avant-poste illégal d'Amona.
Pour la "maison de la discorde" à Hébron, les forces de sécurité ont tenté de prendre les 200 extrémistes par surprise. Ces derniers pensaient être sur le point de conclure un accord avec le gouvernement lorsque l'opération a été lancée.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité