Une trêve à l'étude après cinq jours d'attaques à Gaza

Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

Une trêve à l'étude après cinq jours d'attaques à Gaza

Message par L'Autre » mer. déc. 31, 2008 6:28 pm

AFP 31.12.2008 a écrit :Une trêve à l'étude après cinq jours d'attaques israéliennes à Gaza

Israël examinait mercredi une éventuelle trêve à Gaza, réclamée par la communauté internationale, au cinquième jour de son offensive qui a fait 390 morts dans le territoire palestinien contrôlé par le Hamas.
Les propositions de trêve, formulées mardi par l'Union européenne et le Quartette international sur le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie et ONU) étaient débattues par le cabinet de sécurité israélien qui s'est réuni à Tel-Aviv sous la présidence du Premier ministre sortant Ehud Olmert.

"Les discussions continuent, il n'y a pas encore de décision de prise quant à un cessez-le-feu mais la tendance est qu'à ce stade nous y sommes opposés", a déclaré à l'AFP un haut responsable israélien sous couvert d'anonymat, près de cinq heures après le début des discussions.

"Il faut poursuivre l'opération (...) jusqu'à ce que l'on ait atteint les objectifs fixés par le gouvernement. Il n'y a pas de place pour les atermoiements", a pour sa part déclaré à la radio le ministre de l'Intérieur Meir Shetreet.

"Israël n'acceptera pas une bande (de Gaza) régie par le terrorisme" à ses côtés, a pour sa part déclaré le président israélien Shimon Peres lors d'une visite à Ashkelon (sud), cible de roquettes.

Si Israël continue d'étudier les propositions en vue d'une trêve permanente, il a d'ores et déjà rejeté l'idée d'un cessez-le-feu provisoire, suggérée par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner.

Le Hamas a lui critiqué les termes proposés en vue d'une trêve. Il a estimé par la voix de son porte-parole Fawzi Barhoum que les médiateurs internationaux mettaient "la victime et le bourreau sur un pied d'égalité".

"Toute intervention arabe ou internationale doit avoir pour objectif l'arrêt de l'agression, la levée du blocus et l'ouverture de tous les points de passage", a ajouté M. Barhoum.

Réunis à Paris mardi soir, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont appelé à un "cessez-le-feu permanent" à Gaza, permettant une "action humanitaire immédiate" et une réouverture des points de passage de la bande de Gaza vers l'Egypte et Israël.

Simultanément à New York, le Quartette pour le Proche-Orient a demandé un cessez-le-feu immédiat qui soit "pleinement respecté".

Entretemps, les raids israéliens et les tirs de roquettes palestiniennes se sont poursuivis mercredi, de même que les préparatifs en vue d'une offensive terrestre israélienne.

L'armée israélienne a annoncé avoir visé dans la nuit, dans des attaques aériennes et des frappes depuis la mer, 35 cibles du Hamas, dont des bâtiments, des tunnels de contrebande et des lanceurs de roquettes.

"Nos forces terrestres sont toujours déployées autour de la bande de Gaza et sont prêtes à agir si l'ordre est donné", a indiqué à l'AFP la porte-parole militaire Avital Leibovitz.

Au total, 390 Palestiniens, en majorité membres du Hamas, ont été tués, et plus de 1.900 blessés dans les attaques israéliennes depuis samedi, selon les services d'urgence à Gaza.

Selon l'Agence des Nations unies pour l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa), au moins 25% des victimes sont des civils.

"Les conditions pour les parents et les enfants à Gaza sont dangereuses et effrayantes. Pour beaucoup de gens, c'est une situation de vie ou de mort", a affirmé dans un communiqué le Coordinateur humanitaire de l'ONU, Maxwell Gaylard.

Au moins 30 roquettes palestiniennes, selon la police israélienne, se sont abattues mercredi sur le sud d'Israël, dont quatre à Beersheva, capitale du Neguev, à une quarantaine de km de la bande de Gaza, une distance record. Ces tirs ont fait plusieurs blessés légers, notamment à Ashkelon.

Ces tirs de Gaza ont fait depuis samedi quatre morts en Israël, dont trois civils et un soldat, et plusieurs dizaines de blessés.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, qui n'exerce aucun contrôle sur Gaza d'où il a été délogé par le Hamas en juin 2007, en a appelé au Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il adopte une résolution imposant un cessez-le-feu, a indiqué son porte-parole Nabil Abou Roudeina.

M. Abbas doit s'entretenir mercredi en Jordanie avec le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, qui a dénoncé les opérations "impitoyables" d'Israël.

Au Caire, le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa, a appelé les Palestiniens à tenir "immédiatement" une réunion de réconciliation notamment entre le Hamas et le Fatah, le parti de M. Abbas, à l'ouverture d'une réunion extraordinaire des chefs de la diplomatie arabes. M. Abbas s'est dit favorable à une telle réunion.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité