LAURENS, TOLAN et Veinstein - L'Europe et l'islam

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

LAURENS, TOLAN et Veinstein - L'Europe et l'islam

Message par L'Autre » sam. mai 02, 2009 6:13 pm

L'Europe et l'islam - Quinze siècles d'histoire
de Henry Laurens, John Tolan et Gilles Veinstein


Dès l’introduction, les auteurs s’inscrivent en faux contre la thèse du « choc des civilisations » popularisée par Samuel Huntington. Pour ce dernier, durant la majeur partie de l’histoire de l’humanité, les contacts entre civilisations, quand il y en avait, sont restés intermittents. Les civilisations se développèrent en autonomie, puis se heurtèrent les unes aux autres. Henry Laurens, John Tolan et Gilles veinstein affirment qu’au contraire, les contacts entre l’Europe et le monde musulman ont été continus et des plus variés. Il existe dans toute personnalité européenne d’aujourd’hui une part de musulman, comme il existe dans tout musulman une part d’Europe.

Durant le Moyen-Âge, la religion fût une motivation importante et un élément essentielle de justification de la guerre. La perception réciproque de l’autre n’était guère flatteuse. Les érudits arabes divisaient le monde en climat. Selon eux, les effets néfastes du climats trop froids empêchaient les populations à la peau blanche de raisonner clairement, les privant des bienfaits de la vraie religion. Alors que vu d’Europe, l’Orient fût le lieu du bizarre et de l’insolite. Il est donc tout à fait normal que de ce lieu mystérieux surgissent les pires hérésies. Toutefois, la religion fut souvent une explication à posteriori d’un conflit qui eut bien d’autres causes.

Ce fut souvent des chrétiens alliés à des musulmans et vice-versa qui affrontèrent des adversaires eux-mêmes mêlés. A l’instar de François 1er et de Soliman, des rapprochements virent le jour. Des deux côtés, on se garda pourtant d’employer des termes qui évoquent trop explicitement la notion d’alliance, interdite avec les infidèles.

Les conquêtes européennes de l’empire ottoman opérèrent une fusion entre les histoires européenne et musulmane. Comme le rappel Gilles Veinstein, à l’époque moderne, plus du quart du continent européen est sous la domination politique de l’islam. L’islam y restera toujours numériquement minoritaire, tout comme l’islamisation sera relativement faible.

A partir du Xe siècle, les échanges entre l’Europe et les pays d’Islam se développent et contribuent à l’essor économique des deux civilisations, faisant de la région méditerranéenne une unité économique . Lac musulman au IXe siècle, mer de plus en plus italienne à partir du XIIe siècle, la Méditerranée est au XVe et XVIe siècles de plus en plus dominés par deux grandes puissances : les ottomans en Orient et les espagnols en Occident.

La grande rupture a lieu dans la seconde moitié du XVIII siècle. Le renversement des forces s’opère. Le premier domaine fut le secteur de la marine. La projection militaire des sociétés européennes surclasse de très loin les forces armées des autres sociétés. L’expédition d’Egypte marque le début d’une nouvelle légitimation de l’expansion coloniale : La libération des peuples d’Orient…
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité