COLLECTIF - Qu'est-ce que le salafisme ?

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

COLLECTIF - Qu'est-ce que le salafisme ?

Message par L'Autre » ven. nov. 21, 2008 10:33 pm

Qu'est-ce que le Salafisme ?
de Collectif


Bernard Rougier à réunit différents chercheurs pour produire la première synthèse, en français, sur le salafisme. Celles et ceux qui se réclament de cette lecture de l’islam souhaitent revenir à la religion telle qu’elle fut pratiquée par les pieux prédécesseurs (salafi), soit les compagnons de Muhammad ainsi que les deux générations qui lui ont succédés. Au-delà de ce dénominateur commun, le champ d’expression du salafisme est éclaté en diverses tendances. Si bien que sa portée descriptive est assez limitée, notamment en ce qui concerne le rapport au politique. Pour schématiser, on peut évoquer trois tendances : littéraliste, réformiste, jihadiste.

Il est dommage qu’aucun article ne soit consacré aux salafistes réformistes de la fin du XIXe siècle (Al-Afghani, Abdu etc.). Bernard Rougier les mentionne furtivement dans l’introduction. Il oppose leur conception de l’ijtihad (effort personnel d’interprétation) et du taqlid (imitation servile) avec celles des salafistes d’aujourd’hui. Il aurait été intéressant de s’attarder sur la signification qu’ils entendaient donner à la réforme qu’ils préconisaient et ainsi cerner les différences avec leurs «successeurs ».

Un article est consacré à Muhammad Nasir al-Din al-Albani, la référence du courant des nouveaux partisans du hadith. Sa pensée se situe dans le prolongement de la pensée wahhabite tout en entretenant avec cette dernière une relation complexe et conflictuelle. Il se fit d’ailleurs renvoyé d’Arabie Saoudite (avant de pouvoir y revenir) à cause d’un ouvrage où il plaida pour le droit des femmes à ne pas se couvrir le visage. Il était aussi en conflit avec la doctrine des Frères musulmans. Al-Albani prônait l’apolitisme : « la bonne politique est d’abandonner la politique ». Il émit une fatwa appelant les Palestiniens à quitter les territoires occupés car ils ne seraient plus, selon lui, à même de pratiquer correctement la religion. Il n’en fallut pas plus pour que certains membres du Hamas voient en lui un agent du Mossad…

La guerre en Afghanistan a vu émergé la tendance dite « salafiste-jihadiste » avec l’emblématique Oussama Ben Laden. Cette dans cette filiation que se situe le groupe « Fatah al-islam », objet d’un article très intéressant. Le Liban a été le premier pays arabe a subir le contre-effet de la guerre d’Irak sur son territoire. La constitution du noyau initiale de Fatah al-islam s’est nourri de la dynamique crée par le jihad irakien. Certains de ses membres ont été recrutés par Internet. C’est d’ailleurs depuis la guerre en Irak qu’il a commencé à fleurir différents sites spécifiquement salafistes.

La dernière partie du livre est consacré à la dynamique salafiste en France. Mohammed Adraoui évoque une crise du religieux plutôt que son retour. Il indique que de nombreux jeunes sont en rupture avec l’islam de leurs parents au profit d’une redéfinition individuelle. Il y aurait environ 5000 adeptes salafi en France.
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité