LAURENS Henry - L'Orient arabe à l'heure américaine

Recommandations, comptes rendus etc.
Répondre
L'Autre
Administrateur
Messages : 247
Enregistré le : sam. avr. 21, 2007 7:47 am

LAURENS Henry - L'Orient arabe à l'heure américaine

Message par L'Autre » ven. oct. 17, 2008 9:46 pm

L'Orient arabe à l'heure américaine - De la guerre du Golfe à la guerre d'Irak
de Henry Laurens

Le célèbre historien Henry Laurens se penche ici sur l’histoire immédiate d’une région qu’il a étudiée en long et en large. Travail considérable et remarquable qui a aboutit à de nombreux ouvrages de référence. La chute de l’URSS voit l’avènement de ce que George H.W. Bush a définit comme un « nouvel ordre mondial ». Les USA s’érigent en gendarme de cette région stratégique. Les seuls objectifs de Washington sont de s’assurer un accès aux ressources pétrolières à des prix relativement bas et de disposer d’un marché pour ses biens et services.

En Egypte, Henry Laurens évoque une délibéralisation où la répression acharnée contre les islamistes et la xénophobie religieuse mènent à un retour en arrière par rapport aux années 80. En Jordanie, la normalisation avec Israël suite au traité de paix de 1994 suscite une forte opposition. Abdallah succède à son père Hussein décédé en 1999. Tout comme en Syrie où Bachar el-Assad prend les rênes en 2000. Le régime syrien se caractérise par un autoritarisme absolu et répressif avec un culte de la personnalité du président. A contrario, son voisin Libanais reste le pays le plus ouvert et pluraliste de la région. La tutelle syrienne sur le Liban consacrée par l’adoption, le 22 mai 1991, d’un traité de paix et de fraternité et de coordination libano-syrien.

Les deux bornes temporelles qui délimitent le récit nous ramènent en Irak. Voyant se profiler des soulèvements qui risquait de mener à l’instabilité générale, les USA préfèrent maintenir Saddam Hussein en place au terme de l’opération « Tempête du désert ». La décennie 1990 et rythmée par les inspections de l’ONU et la politique contradictoire des Etats-Unis. L’embargo se transforme en catastrophe humanitaire qui, en plus, renforce le régime en place. Washingon épaulé par Londres tentera vainement de prouver au monde que l’Irak possède toujours des armes de destructions massives et que ses liens ave Al-Qaida nécessitent une intervention militaire. Après s’être ridiculisé à plusieurs reprisent en fournissant des preuves qui n’en sont pas, l’intervention aura quand même lieu, avec les conséquences que l’on sait.

L’autre cheval de bataille des USA durant cette décennie est bien évidemment le processus de paix dit d’Oslo. Pour Laurens, avoir choisi de repousser à plus tard la définition des conditions finales du règlement fut une erreur. Il est intéressant de relever que même pour le parti travailliste, pendant le processus d’Oslo, la création d’un Etat palestinien n’allait pas de soi. L’acception officielle d’Israël de cette finalité se concrétisa lors de l’acception de la feuille de route en 2003. Arafat a souvent été accusé d’utiliser la question du retour des réfugiés pour « noyer » Israël pas la démographie. Lors de sa visite à la Maison-Blanche le 15 juin 2000, il déclara pourtant à Bill Clinton : « Sur la question des réfugiés, il existe certes la résolution 194, mais nous devons trouver un point d’équilibre entre les inquiétudes démographiques des Israéliens et nos propres préoccupations ».
"Étudiez comme si vous deviez vivre toujours; vivez comme si vous deviez mourir demain."

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité